25/09/2016

*** L'AMOUR au LONG PASSE ***

 

      * Amour un Mot qui fait Pleurer nos Cœurs *

 

***.....Chérissons nous ! Respectons nous, avec le cœur en profondeur !
***.....Lorsque l'Amour nous déserte un jour, la confiance nous abandonne pour toujours.  ***.....L’Amour en soi, est le murmure des premiers pas,

***..... L’Amour est aussi le Credo de l’oraison.

***.....L’Amour !!..est le psaume, que la vague exprime au rivage de l’océan,

***.....C’est aussi les notes que la brise formule aux collines,
***.....C’est le charme céleste, que la voûte étoilée exprime au cavalier,
***.....C'est un souffle divin, et sublime en soi: Chérissons-le avec émoi!


***.....L'Amour est un Tout qui nous fait rêver, mais surtout Enflamme notre être.
***.....L’Amour, pour embraser nos cœurs arbore en lui,
***.....Un rayonnement aussi puissant que l’immortalité,
***.....Et cette clarté, c'est la félicité !


***.....Certains Aiment ! les éloges ou les approbations,
***.....Pour cette raison, les grands cœurs l’affectionneront :
***.....Toi Marie !!... accorde ta jeunesse de l'Esprit,
***.....A la fraîcheur de ton visage !


***.....Puisses-tu l’adorer, afin de captiver ce temps heureux, et si précieux!
***.....Pour qu'on perçoive en tes prunelles bleutées,
***.....Tes jouissances inabordables
***.....Ainsi que ton rire discret et si impénétrable !


***.....Chérissons-nous inlassablement à notre avantage !
***.....Allions-nous davantage à tous ces jours qui passent, et qui trépassent.
***.....Oui !! le chêne se déploie à chaque jour par ses ramures ;
***.....Qu’il en soit de même de notre Amour, sans sa doublure!

 

 190263_153445461381598_5533630_n.jpg

 

 

(Copyright D/2012/12 Arthur WILDSCHÜTZ de METZERT Auteur-Éditeur

 

 

19:35 Écrit par Arthur WILDSCHÜTZ dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

*** SOUVENIRS d'une AMIE ***

 

         ***  L’être aimé  ***

 

***.....Depuis ces quelques années, du jour où tu m’as quitté, mes sentiments ont trépassé.

***.....A chacun de mes réveils rien n’est plus pareil, et je me sens tout étourdi depuis le jour où tu es parti.

***.....Même le soleil a disparu de mon regard, car je ne perçois plus aucune chaleur à mon égard.

***.....Ton départ ne peut se mesurer au temps, car ton sourire en moi, est encore bien présent.

***.....De ton envol vers l’au-delà,  il n’y a qu’un pas, et le temps ne compte pas.

***.....A nous deux nous ne faisions qu’un, nous nous prenions la main pour juguler les revers du destin.

***.....Je n’ose plus évoquer les jours passés à nous enlacer, comme c’était bon de nous aimer.

***.....Non rien ne sera plus pareil, sans ta présence, en vieillissant dans cette indifférence, un jour aussi j'offrirai ma révérence.

 943283_398933856882529_1377933493_n.jpg

 

 

(Copyright) D/2013/05 Arthur WILDSCHÜTZ de METZERT Auteur-Editeur.

19:07 Écrit par Arthur WILDSCHÜTZ dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

*** L'AUTOMNE ***

 

         *** La Fin d’un été ***

 

 

***.....Tourbillonnez aux feuilles d’automne, puis retombez sur le gazon.
***.....Soudain la bise se lève, vous renvoyant dans le buisson.
***.....L’alizé gémit au travers du défilé.

***.....Voilà le martinet noir qui promptement traverse le guet.
***.....Voilà le fils de la maison, qui glane le tout dernier épi.

***.....La source a perdu son murmure, qui ensorcelait nos forêts, de ses profondeurs s’écoule un mince filet, conséquence d’un bel l’été.
***.....Contemplons ces arbres décharnés, de leurs ramures sans verdure.
***.....Le rossignol a éteint sa romance, la nuit s’approche et nous exhorte tous au silence.

***.....Enfin le matin se prélude, le soleil vient à paraître, et commence déjà son tour.
***.....Mais ses rayons projettent encore une pâle lueur, qui à nos yeux d’humains est la renaissance d’un nouveau jour.
***.....Et sous tous ces éclats dorés, l’incarnat du levé expire, nous offrant une onde altérée.
***.....Au loin cette mer isolée, ressemble de plus en plus à un espace aride.
***.....Notre œil recherche en vain l'esquif, sur le rivage enroué.
***.....La houle autrefois si puissante , n'a plus qu'un murmure gémissant.
***.....L’agnelle sur les collines, ne trouve plus aucune trace de gazon,
son pelage confie aux chardons, le surplus de sa toison.
***.....Le pipeau aux accords pastoraux n’amuse plus les tourtereaux, de ses airs d’allégresse qui enfante l’Amour nouveau.
***.....Lorsque tous les champs sont moissonné : dès lors finit une année, et ainsi finiront nous un jours !
***.....Lorsque viendra l’instant où tout choit aux coups répétés des bourrasques ;
Un souffle venant par l’au-delà moissonnera aussi les vivaces.

 

 

 fond-ecran-nature-paysages-automne-076.jpg

(Copyright) D/2013/05 Arthur WILDSCHÜTZ de METZERT Auteur-Éditeur.

 

 

 

 

19:01 Écrit par Arthur WILDSCHÜTZ dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg