25/09/2016

***M. Bérenger Saunière -- égal-- respect ***

 

            ***M. Bérenger Saunière ***

 

Association RLC.doc le 5 avril 2013.

Concession perpétuelle de terrain accordé à M. Bérenger Saunière, curé Après que le Conseil municipal de Rennes-le-Château ait fixé, dans sa séance du 1er avril 1900, les tarifs et le règlement local pour les concessions de terrains dans le cimetière, et à la suite de la proposition du maire, M. Sauzède, par laquelle il demande au Conseil municipal « d’accorder au pétitionnaire, qui a restauré et embelli à ses frais d’une façon merveilleuse l’église et le presbytère et dépensé à ces édifices de quinze à vingt mille francs, la concession qu’il sollicite à titre de reconnaissance et dédommagement de ses libéralités envers la commune, et cela, avec d’autant plus de raison qu’il s’engage à prendre à sa charge le droit des pauvres et à verser, par conséquent à la caisse municipale la somme de soixante francs représentant la part qui leur revient », le Conseil municipal accorde au curé, lors de la séance du 30 avril 1900, une concession perpétuelle de 6 mètres carrés de terrain pour qu’il y construise, à ses frais, « un caveau exclusivement réservé à la sépulture  des prêtres de la paroisse qui désireraient y être inhumés ». En outre, « Le monument funéraire pourra être élevé après que les inscriptions et emblèmes qu’on se proposera d’y graver auront été soumis à l’approbation du maire ». Selon les dispositions prises auparavant, lors de la séance du 1er avril, par le Conseil municipal de Rennes-le-Château, les tarifs pour les concessions de terrains s’établissent ainsi :

  "Extrait des délibérations du 1er avril 1900 du Conseil municipal "

 En conséquence, l’abbé Saunière aurait dû s’acquitter, à raison de 30 francs le mètre carré, de la somme de 180 francs. Mais, dans un brouillon de lettre à son évêque, il écrit : « Ce n’est pas pour m’enrichir que j’ai fait la maison mais pour une maison de retraite et dans ce but je m’étais fait  donner gratis une concession perpétuelle au cimetière. ». Dans L’Héritage de l’abbé Saunière (Éd.OdS 2012) les auteurs Claire Corbu et Antoine Captier décrivent le dit monument funéraire : « Ce caveau se compose de deux parties distinctes de six emplacements chacune. L’une d’elle a été acquise en propre, à la même époque par Marie Dénarnaud qui s’y trouve inhumée avec mes parents ».On peut s’étonner, à l’encontre de la volonté de l’abbé Saunière, qu’aucun prêtre n’ait été, à sa suite, inhumé dans ce caveau. Cependant, il faut rappeler qu’il fut le dernier curé en poste à Rennes-le-Château jusqu’à 1909 et que ses successeurs respectifs demeuraient tous dans d’autres communes proches dont ils avaient, au premier chef, la charge sacerdotale.

tombe-sauniere.jpgtombe-domaine4.jpgtombe-cimetiere6.jpg

  AVANT                                                                                                       MAINTENANT

 

         ** HONTE à NOTRE SOCIÉTÉ et à LEURS  DIRIGEANTS  **

 

11:16 Écrit par Arthur WILDSCHÜTZ dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Les commentaires sont fermés.