31/08/2017

*** INGRATITUDE ***

       ***.....L’AUTRE FEMME.....***

 

***.....Après 25 années de mariage et harassé par toute une vie de travail !.. Un jour!.. ma femme m’interpelle et me suggère qu'il était temps pour moi de commencer à sortir avec une autre dame.
***.....Qu'elle ne fut pas m'a surprise de me préconiser cela.

***.....Elle me relate d’un air persuasif : «Je sais que tu l'aimes... Et la vie est si courte, et je pense que tu devrais commencer à sortir avec elle. Même si tu continues à m'aimer comme ta femme, il est bien évident que tu l'aimes elle aussi !!..»

***.....Mon Dieu !!.. j’ai réalisé que l'autre femme dont elle parlait, c’était ma mère.     

§§§                                                            

***.....Veuve depuis 19 ans, ma mère vivait retirée dans une résidence pour personnes âgées. Je lui rendais visite occasionnellement, mais suite à mon travail et l’exigence de ma vie familiale, je n'avais que très peu de temps à lui consacrer.

***.....Ma mère étant une personne très réservée, ne voulait jamais nous déranger. Dès lors elle fut tout étonnée du fait que je lui ai téléphoné, et rien que pour lui demander de la voir. Elle était fort inquiète, et elle pensait que j'allais lui annoncer de fâcheuses nouvelles.

***.....Cependant très vite je la rassurais. «Maman !!.. je pense qu’il serait très agréable si on pourrait passer plus de temps ensemble !!.. Nous pourrions commencer par aller au resto et souper ensemble, puis ensuite, nous irions au cinéma.»

***.....Ma mère fut agréablement surprise et accepta l’invitation avec grande joie.

***.....Le vendredi suivant, au volant de ma voiture pour me rendre chez elle, je me sentais un peu nerveux et excité, comme durant ma jeunesse. C’était bizarre, un peu comme si j'avais invité une fille à sortir !

***.....Ma mère m'attendait, toute prête, à la porte de sa résidence. Elle portait son vieux manteau bleu, sa coiffure était cependant impeccable et sur son visage cet adorable sourire lui octroyait l'air d'un ange ! Elle fut toute fière que ses amies la voient sortir à mon bras, et aller vers ma voiture ; elle me serrait si fort et tendrement le bras !! A cet instant précis , je me suis senti l'homme le plus heureux du monde.

***.....Pourtant ce n’était point un restaurant à cinq étoiles, mais l'ambiance y fut si chaleureuse et fort intime. Ma mère me sollicita de lui lire le menu, car sa vue ne le lui permettait plus. Je la voyais sourire , et ses yeux brillaient de milles étincelles aux reflets des chandelles.

***.....Elle était si heureuse !.. et à mes yeux remarquablement belle ! On a mangé tranquillement pendant qu'on se rappelait de souvenirs d’antan, de mon père et de moi lorsque j’étais enfant... Ce fut une soirée exquise et magique. Après le repas, nous nous promenâmes dans le parc. Le temps passa si vite que nous oubliâmes le cinéma !

***.....Lorsque finalement le temps fut venu de devoir rentrer, je l'accompagnai à la résidence et lui ai formulé si elle voulait à nouveau sortir en ma compagnie la semaine suivante, Elle m'accorda un grand oui, mais à la seule condition, que je puisse la laisser payer cette prochaine fois.

***..... « Alors à la semaine prochaine, maman !!!!! » lui ai-je répondu. Elle m'a embrassé tendrement en me toisant de son regard souriant, et des larmes de joie perlaient sur son visage, nous étions là, comme deux enfants !

***.....Comme sous l’effet d’un destin dissonant, quelques jours plus tard, ma mère décéda d'un infarctus. Tout fut si prématuré pour moi, comme frappé d’une lame en plein cœur !
***.....Or !! une semaine après ses funérailles, je reçus par la poste une enveloppe en provenance du restaurant où nous avions souper, ma mère et moi.

***.....La note disait : « Cher fils, j'ai déjà réservé un souper pour deux personnes au restaurant, tout est déjà payé. Mais, j'ai comme un pressentiment que je n’y serai peut-être pas. Toutefois si je devais quitter ce monde, j'aimerais que tu y ailles avec ta femme et que vous passiez une belle soirée . Une soirée merveilleuse comme celle que nous avons passée ensemble...Mon fils, je t'aime !»

***.....Tout à coup, ma gorge se contracta, un sanglot s’y échappa, et les larmes ruisselaient de mes yeux, ma mère qui m'a tant aimé avec son cœur, mais moi pauvre égoïste, je l'avais oubliée pendant de si nombreuses années.

 ***.....J'ai compris l'importance de confier par notre cœur « Je t'aime » à tous ceux que nous aimons, et surtout de ne point attendre trop longtemps, puisque un jour,  dès lors il sera trop tard.

988443_621977621212036_1569400524_n.png

ã(Copyright) D/2014/04 par Roland SMETS, en collaboration avec Arthur WILDSCHÜTZ de METZERT Auteur-Editeur.

15:07 Écrit par Arthur WILDSCHÜTZ dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.