30/11/2016

*** Lorsque les manques sont à combler.*** (de Karmanda Maghi)

  ** Ô  Poète Mon AMI **

 

Mes  paupières se sont tues, c’était ton dernier vers,
Plus rien n’était à dire du sublime moment,
Était-ce le début ou la fin du roman ?
Si belle était l’histoire de ton jardin d’hier.

Ô poète, mon ami, j’ai cru t’appartenir,
Le temps d’une lecture, j’étais ton devenir, 
J’étais cette héroïne, déesse de tes pensées,
Et tu étais le prince de mes contes de fées.

J’y relisais mes rêves dans l’enfance attardée,
Ceux qui s’en vont vieillir, sans l’amour partagé,
Comme un fil conducteur, me guidant vers l’Eden,
Je goûtais chaque mot en oubliant mes chaînes.

Je ne suis qu’un oiseau perdu, tombé du nid,
Celui qui m’accompagne, m’évita l’agonie,
Il me dédia ses jours, et m’insuffla la vie,
Alors sans même aimer, je lui offris mes nuits.

Mais toi, Poète, tu entres dans mon lit,
Le soir, de ton recueil je lis les poésies.
Elles comblent en silence, tous mes manques en amour,
Je rêve qu’à mes côtés sommeille un troubadour.

Se peut-il qu’un miracle te conduise vers moi ?
Et qu’en lisant ces mots tu t’éveilles à ma foi,
Par le rythme qui naît à chaque battement,
Aux rives de mon cœur, fais escale un moment.

Nous ferons ce voyage narré en poésie,
Dans les contrées sauvages domptées par nos envies,
Tu m’apprendras l’amour, sans un mot, d’un soupir,
Tu sauras mon bonheur : enfin t’appartenir.

J’ai tellement attendu, mes rêves se sont brisés,
Mais je t’ai lu Poète, tu viens tout bousculer,
De cette renaissance tu es le géniteur,
Conduis moi à l’extase avant que je ne meure.

Tant de rêves se nourrissent des mots de poésie,
Autant de déceptions que le poète oublie,
Dans le jeu de la rime ses mots son harmonie.

Refermez vos paupières, se tait le dernier vers,
Le poète parlait de son jardin d’hier !
Prenez dès lors conscience, que nous sommes aujourd’hui !

15220245_1343930928959269_5278544722250892219_n.jpgKarmanda Maghi 15 Janvier 2016 TDR. ©

 

Merci à TOI  poétesse !! Tu es Merveilleuse....... (arthur)

12:29 Écrit par Arthur WILDSCHÜTZ dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.